Chronique du travail ordinaire #1

Cumulant la double tare de bosser dans l’informatique ET dans la fonction publique, je me suis dit qu’il était temps d’entamer un petit florilège de toutes les perles dont j’ai été témoin et/ou que j’ai subi. Je vous souhaite donc la bienvenue dans les chroniques du travail ordinaire, volet 1!

Attaquons par une première histoire, parmi tant d’autres, de celui que je nommerai Bob (comme Bob le moche).

A l’époque, j’étais un pauvre petit stagiaire et on m’avait mis dans un bureau soi-disant disponible. On m’avait vaguement parlé d’un gars un peu atteint psychologiquement qui était lui aussi résident du dit bureau mais qui normalement ne devait pas revenir. Evidemment, deux semaines après, un jour où j’étais le seul présent de mon équipe, vacances de Pâques oblige, je vois débarquer un mec à l’air vraiment pas clean et je sais dès la première seconde que c’est lui.

Tout en ce mec respire le pervers dégueulasse: le cheveu gras et plaqué sur le crâne façon Pine d’huître, pas très grand et bedonnant mais avec la force physique d’un sanglier, l’oeil pas net qui te regarde en disant « je vais te lécher la gueule »… liste non exhaustive.

Ce brave homme vient me saluer en me broyant la main. Enchanté Bob, moi c’est Bintz.

J’apprends à côtoyer la bête assez rapidement, ses halètements, son doux parfum et son oppressante présence. Après quelques semaines, je n’ai plus aucun doute sur le fait qu’il lui manque une case ou qu’il a eu un souci qui lui en a cassé quelques unes (au hasard, je dirais un match de rugby).

Du coup, je passe mes journées un casque audio vissé sur les oreilles à écouter du punk rock tout en pissant des lignes de code, évitant soigneusement de croiser son regard torve puisque nos bureaux respectifs se font face.

Arrive alors le moment fatidique…

Lui: « Bintz! Bintz! Viens voir! »
Moi: « Hmmm…? Oui…? quoi…?

Lui: « Viens! Viens! J’ai un truc à te montrer! »
Moi: « Euh ouais, je bosse là… c’est important? »

Lui: « Oui oui, viens! »

Je fais donc le tour des bureaux pour me retrouver nez à écran avec une demoiselle qui m’expose ses deux gros nichons en pleine face, sans parler du reste. Un bon vieux site porno des familles…

Lui: « Elle est mignonne hein? »
Moi, médusé: « Ben euh… elle est à poil quoi… Mais c’est pas filtré ces conneries? »
Lui: « Ah non non, les sites en espagnols et italiens ça passe! Elle est pas mal hein? »
Moi, médusé: « Ben euh… ouais ouais… »

Retour dans mon fauteuil, casque, augmentation du volume.

Au cours des mois qui ont suivi, j’ai eu droit à tout un tas de joyeusetés dans le genre… mais ça, ce sera pour un autre article!

Tags: , , , ,

8 Responses to “Chronique du travail ordinaire #1”


  1. Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function ereg() in /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/includes/theme-comments.php:58 Stack trace: #0 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/includes/theme-comments.php(19): the_commenter_link() #1 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-walker-comment.php(174): custom_comment(Object(WP_Comment), Array, 1) #2 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-wp-walker.php(145): Walker_Comment->start_el('', Object(WP_Comment), 1, Array) #3 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-walker-comment.php(135): Walker->display_element(Object(WP_Comment), Array, 1, 0, Array, '') #4 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-wp-walker.php(321): Walker_Comment->display_element(Object(WP_Comment), Array, 1, 0, Array, '') #5 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/comment-template.php(2105): Walker->paged_walk(Array, -1, 0, 0, Array) #6 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/comments.php(27): w in /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/includes/theme-comments.php on line 58