Chronique du travail ordinaire #2

Précédemment, dans les chroniques du travail ordinaire, notre héros était aux prises avec un immonde dégoûtant.

Mais laissons pour l’instant de côté notre ami Bob dont je vous reparlerai un jour (ne vous inquiétez pas, j’ai plein plein plein d’histoires avec Bob) pour nous concentrer sur le cauchemar de tout informaticien encore sain d’esprit: l’imprimante.

Oui, vous savez, ce truc qui a remplacé la machine à écrire et qui permet d’imprimer des mails ou des docs de 400 pages « parce que c’est plus facile à lire sur papier ». Et bien cet instrument du démon est une horrible machine à créer des problèmes pour les pauvres utilisateurs qui ont du mal avec le matériel moderne.

L’action se passe dans une contrée reculée, dans un édifice post moyennageux des années 60, un joyau du modernisme sur 2 bâtiments reliés par une coursive vitrée sur 3 étages. Il fait chaud, l’ambiance est lourde et moite, les gens errent dans les couloirs comme des âmes damnées à la recherche d’un courant d’air frais (ou d’un cerveau, allez savoir ce que cherchent vraiment tous ces zombies…).

Soudain… * TAN TAN TAN*
(musique qui fait peur, j’ai pas le budget pour les bruitages téléphone)

– Service informatique à votre service que puis-je pour vous?
– C’est encore la putain d’imprimante de merde qui veut pas m’imprimer mon truc! Yen a marre vous faites pas votre boulot incapable petit avorton de merde en slip bariolé!
– Euh oui madame, calme toi, il se passe quoi exactement?
– Tu veux pas venir voir plutôt? (à l’exact opposé du bâtiment, soit plusieurs longues minutes de couloirs et d’escaliers)
– Mmmmmmmouais…

Quelques longues minutes de couloirs et d’escaliers plus tard:
– Bon alors, il se passe quoi?
– Ben j’étais sur mon document, j’ai voulu imprimer et rien!
– Voyons voir ça *fichier, imprimer*
Imprimante: vrrrrr bzzzz bzzz bzzz bzzzz bzzz *document imprimé*
– Ben tu vois, ça marche!
– Ah oui, mais en fait j’ai oublié de clicker sur Imprimer
– …

Moralité: les ordinateurs ne lisent pas les pensées de leur utilisateur (par contre, ils leur lavent parfois le cerveau)

Tags: , , , , ,

13 Responses to “Chronique du travail ordinaire #2”

  1. Fushichô 19 janvier 2009 at 13:19 #

    J’ai envie de dire : VDM

  2. Greg 19 janvier 2009 at 13:48 #

    Tiens ça me rappelle quand je contrôlais des installations électriques et que, après avoir fait une coupure de courant, la vendeuse (d’un air affolé) me disais « Haaaaaaa! Ma balance elle marche plus, vous me l’avez cassée! »,
    Balance : « clic! Tit tit tit tit… (balance qui s’initialise) »,
    Greg : « Ca y est, elle fonctionne. »,
    Vendeuse : « Vous avez fait comment? »,
    Greg : « J’ai appuyé sur le bouton Power. »,
    Vendeuse : « … ».
    Et ça s’était juste après le…
    Greg : « Madame la vendeuse, il va falloir que je coupe le courant 5 minutes. »,
    Vendeuse : « Ok allez y, il n’y a pas de clients là… Ha mais attendez, ma caisse elle va plus marcher, comment je vais faire? »,
    Greg : « Ben à l’ancienne, vous vous souvenez? Papier / stylo. » (pour info, c’est dans une boulangerie).
    Franchement, la technologie c’est pas facile facile.

  3. Luddo 19 janvier 2009 at 17:46 #

    Merci pour l’anecdote, greg ;-)

  4. Vaness 19 janvier 2009 at 18:01 #

    Des noms !! Des noms !!

  5. oopsy 19 janvier 2009 at 20:14 #

    en vrai t’as des slips barriolés ?
    Je dis rien il m’arrive d’accuser l’imprimante (éteinte) de tous les malheurs du monde… (ceci dit à mon encontre elle n’aurait pas due être éteinte. et j’ai résolu l’énigme digne du sphinx seule. Après 10 minutes. Y’avait du monde dans la file d’attente à imprimer je te dis pas…)

  6. bintz 19 janvier 2009 at 23:47 #

    @Fuschichô: exactement

    @Greg: j’en ai une exactement du même genre après une coupure de courant dans le bâtiment

    @Vaness: t’es trop jeune, tu connais pas ;)

    @oopsy: oui en vrai j’ai des slips bariolés et je te félicite de résoudre ce genre de problème en solo sans enquiquiner des gentils informaticiens!

  7. Marie 20 janvier 2009 at 10:36 #

    Allez, avoue que t’aimes ça : non seulement ça occupe tes longues journées ennuyeuses mais ça nous fait bien marrer après coup !
    Encore des chroniques de ton travail ordinaire, encore !! :)

  8. Dily 20 janvier 2009 at 11:52 #

    Des noms !!! Des noms !!!

    Moi je suis plus vieille, je dois connaitre ;)

  9. bintz 20 janvier 2009 at 11:55 #

    @Marie: oui, je suis un gros maso, d’ailleurs faudrait que j’aille renouveler mon stock d’orties

    @Dily: non, c’était dans une contrée bien plus froide que l’actuelle mais t’inquiètes, tu reconnaîtras certaines histoire de « Bob » très bientôt ;)

  10. Greg 20 janvier 2009 at 14:34 #

    Bah, s’il ne t’arrivait pas tout ça, tu passerais tes journées à jouer à wow au boulot, et du coup tu ferais la même chose chez toi le soir, et donc ça serait comme ramener du travail à l’appart. Ca serait d’un chiant pas possible tu trouve pas? ;)

  11. Marie 21 janvier 2009 at 18:24 #

    c’est si mignon de ta part d’avoir gardé d’aussi beaux souvenirs…
    quelques rectifications sont cependant nécessaires… l’édifice est un joyaux des années 80, dans une contrée centrale et oh combien sympathique… et la traversée des couloirs étant ton unique sport, ça ne peut que te faire du bien… pôv’ victime! par contre, sache que la personne à laquelle tu penses à toujours autant de voix…

  12. bintz 21 janvier 2009 at 18:28 #

    Hé ho, j’avais 4 étages façon donjon à me taper pour monter chez moi alors le sport j’en faisais plus qu’au boulot! :p

    (et t’es sûre pour les années 80? parce que les anciennes peintures étaient un peu psychédéliques)

  13. Marie 22 janvier 2009 at 17:30 #

    en même temps pas mal des utilisateurs du site sont restés bloqués dans les 60′s… ce qui explique la déco!

Leave a Reply