In and out

Ah, le Mexique et sa cuisine, une grande histoire d’amour. De tous les pays où j’ai foutu les pieds, c’est celui qui a la gastronomie la plus riche. Bien sûr, on peut se retrouver à bouffer des trucs qu’on pourrait sans problème trouver chez nous, mais c’est passer à côté des petits délices simples que l’on peut se payer pour quelques piécettes.

Rien que dans la rue, on peut réellement se faire plaisir avec quelques bons petits tacos achetés dans une vieille camionnette (les tacos al pastor, miam miam miam) ou bien arrêter un crieur et lui prendre quelques délicieux tamales.

L’inconvénient dans tout ça, c’est qu’on ne sait jamais à quel point ça va être épicé. Il n’y a pas si longtemps, j’avais vraiment du mal avec tous les trucs un peu trop épicés. Maintenant, je supporte bien mieux et j’avoue que c’est parfois bien agréable de se faire un peu cramer la bouche.

Sauf que, il y a 2 jours, alors que je participais à un truc bien cool dont je vous parlerai plus tard, on m’a « invité » dans un restaurant faisant apparemment des tortas super célèbres. Ce sont des sortes de sandwhichs ronds, genre un peu baggle et super bons dans lesquels on peut mettre tout un tas de choses.

Là, le mec qui nous y a amené nous suggère d’en prendre une aux albondigas (des boulettes de viande avec de la tomate). Aimant bien ce truc là, ni une ni deux je me joins à la petite troupe enthousiaste pour déguster ces saveurs exotiques.

Quelle erreur mes amis! Putain, j’ai jamais bouffé un truc aussi piquant de toute ma vie. Même les mexicains attablés avec moi se sont accordés pour dire que c’était imbouffable. En bon aventurier, j’ai quand même avalé une bonne moitié du truc avant de déclarer forfait, comme les autres, sous les yeux dépités de notre « hôte » qui ne s’attendait pas à une telle débandade culinaire.

Je me suis ensuite rattrapé sur une torta de mole verde mais j’avoue que je suis pas vraiment capable de dire si c’était bon et/ou si ça piquait. Les lèvres et le palais en feu (et le mot est faible), ça aide pas à apprécier la subtilité des saveurs.

Bonne surprise par contre, mon bide a bien supporté le choc. J’ai passé le reste de la journée sur le site à vaquer à mes occupations jusqu’au retour à Mexico et là… c’est le drame. Après un dîner bien sympathique, je me dirige fatigué vers le lit quand soudain, crik crak crok, mon bide commence à faire des noeuds et je sens poindre les albondigas du midi.

Un passage au chiotte plus tard, je peux confirmer une théorie que j’avais déjà entendue auparavant mais que je n’avais jamais pu vérifier: les trucs qui piquent vraiment brûlent autant à l’entrée qu’à la sortie.

Anus sensibles s’abstenir.

Tags: , , , , ,

7 Responses to “In and out”


  1. Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function ereg() in /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/includes/theme-comments.php:58 Stack trace: #0 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/includes/theme-comments.php(19): the_commenter_link() #1 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-walker-comment.php(179): custom_comment(Object(WP_Comment), Array, 1) #2 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-wp-walker.php(144): Walker_Comment->start_el('', Object(WP_Comment), 1, Array) #3 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-walker-comment.php(139): Walker->display_element(Object(WP_Comment), Array, 1, 0, Array, '') #4 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/class-wp-walker.php(332): Walker_Comment->display_element(Object(WP_Comment), Array, 1, 0, Array, '') #5 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-includes/comment-template.php(2244): Walker->paged_walk(Array, -1, 0, 0, Array) #6 /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/comments.php(27): w in /homepages/45/d248592915/htdocs/wp-content/themes/skeptical/includes/theme-comments.php on line 58