Cortège de tracteurs

Vendredi, 18h30 et des brouettes, je pars du boulot. Juste à la sortie du complexe, je croise une moto de la gendarmerie qui vient en sens inverse, l’instant d’après, je me retrouve coincé par un cortège de tracteurs. Ce sont les agriculteurs qui rentrent vers le Lauragais après une journée de blocage du centre de Toulouse. Une bonne cinquantaine de machines me passeront à côté, assez impressionnant, je me demande comment c’était en ville!

Ces manifestations avaient pour but de défendre les revenus d’un secteur en crise qui demande un plan d’aide de pas moins de 1.4 milliards d’euros. Cela pose plusieurs questions:

Après les banquiers et le secteur automobile, notre cher gouvernement ouvrera-t-il le porte-monnaie pour nos agriculteurs?

Monsieur Le Maire, ministre de l’agriculture, continuera-t-il à prendre des steaks dans la gueule comme au salon de l’élevage de Clermont-Ferrand (heureusement ce n’était pas du surgelé)?

La FNSEA, principal syndicat agricole (majoritairement de droite), prendra-t-il en compte les besoins de tous les agriculteurs ou seulement ceux des grands céréaliers?

Les sociétés de produits phytosanitaires et semences auront-elles leur part du gâteau?

C’est ce que nous saurons peut être d’ici quelques mois!

Tags: , , , , , , ,

5 Responses to “Cortège de tracteurs”

  1. Marie 17 octobre 2009 at 20:59 #

    La musik tu l’as rajoutée après ou elle accompagnait le défilé ? Dans ces cas, où étaient les strip teaseurs ? :) )))

  2. bintz 18 octobre 2009 at 4:21 #

    La musique c’est le CD qui tournait dans ma voiture :p

  3. Luddo 19 octobre 2009 at 17:51 #

    Merci…

  4. verlapinorix 31 octobre 2009 at 18:43 #

    Sur ce coup là, j’ai morflé… Je suis parti juste après toi, et rusé, j’ai pris direction Pompertuzat. Résultat: 1H30 pour rentrer à la maison.
    Bon j’en ai profité pour me mettre à la page à propos de l’état de la technique tractesque…

  5. bintz 31 octobre 2009 at 20:29 #

    Outch ouais là c’était la grosse erreur stratégique. En fait la seule alternative c’était de passer par les coteaux… et encore.

Leave a Reply