Gosu: mot d’origine coréenne signifiant « chef »

Ces dernières années, « gosu » a été utilisé principalement dans le monde du jeu vidéo pour désigner les joueurs professionnels ou ayant un très bon niveau. Aujourd’hui, le terme prend une nouvelle dimension puisque c’est le nom d’un très bon jeu de cartes sorti il y a un peu plus d’un mois chez Moonster Games.

J’ai toujours beaucoup apprécié les jeux de cartes pour l’aspect pratique (l’installation/rangement du jeu est généralement rapide) mais aussi pour l’aspect ludique de se planquer derrière une main remplie d’atouts en ricanant à l’idée d’écraser ses adversaires. De plus, ce sont généralement des jeux relativement courts et faciles d’accès que l’on peut proposer à des amis moins habitués aux jeux de société.

Moonster Games a fait un bon gros buzz dans le monde du jeu (participations sur les forums, détournement d’affiches de propagande entre autres), j’étais du coup attiré mais un peu sceptique par rapport au contenu ludique de la chose, craignant que la forme se soit faite au détriment du fond. Au final, Gosu ne manque pas à la règle du genre, facile d’accès et rapide (du moins à 2-3 joueurs), le jeu est fluide et le plaisir au rendez-vous.

Le principe tient en quelques mots: rassembler une armée de gobelins pour aller défoncer le ou les adversaire(s). Pour se faire, un paquet de 200 cartes gobelins de niveau 1 à 3 répartis équitablement entre 5 couleurs. A chacun de gérer un plateau fictif de 3 lignes (une par niveau) et 5 colonnes (5 gobelins par niveau maximum) en respectant certaines restrictions simples: on ne peut pas avoir plus de gobelins à un niveau que l’on en a au niveau inférieur (ex: si vous avez 2 gobelins niv.1 et 2 gobelins niv.2, vous ne pouvez pas poser de niv.2 supplémentaire mais vous pouvez poser un niv.3) et on ne peut poser un gobelin d’une couleur que si cette couleur est présente au(x) niveau(x) inférieurs.

Chacun joue à son tour jusqu’à ce que tout le monde passe, ce qui déclenche la baston et le plus fort gagne un point de victoire. Le premier à 3 points de victoire gagne la partie à moins que quelqu’un remplisse une condition de victoire alternative, proposée par certaines cartes niv.3. Simple et efficace.

Le seul petit reproche que je pourrais faire est que les parties à 3 peuvent un peu traîner en longueur et que les parties à 4 sont encore pires (d’où la variante 2v2 proposée sur le site de l’éditeur qui résout apparemment bien le problème).

Ajoutez à ça des illustrations et des noms puisant leur inspirations dans les comics, les jeux vidéos et les films divers et variés, le tout fort joliment réalisé et pour un prix très accessible (une vingtaine d’euros) et vous aurez un des probables best sellers de l’année. Le jeu devrait d’ailleurs s’enrichir très rapidement d’une extension et voir fleurir quelques tournois.

Si vous avez soif de sang, si vous aimez broyer des mâchoires à grand coup de bottes cloutées, si vous aimez les coups tordus permettant un come back dans une partie qui semblait perdue ou si vous avez simplement envie de passer quelques bonnes soirées entre potes, gosufiez vous!

PS: désolé toutefois pour les photos pourraves, j’ai un peu honte sur le coup.

Tags: , , , , ,

3 Responses to “Gosu: mot d’origine coréenne signifiant « chef »”

  1. Tom 16 novembre 2010 at 22:08 #

    Elles sont trop bien ces cartes! Non mais sérieux, vous avez vu les dessins? C’est trop bien!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Twitted by bintz - 4 octobre 2010

    [...] This post was Twitted by bintz [...]

  2. Tweets that mention Le blog de Bintz n'est pas un blog sur le cyclimse » Blog Archive » Gosu: mot d’origine coréenne signifiant « chef » -- Topsy.com - 4 octobre 2010

    [...] This post was mentioned on Twitter by Emmanuel Beltrando, bintz. bintz said: Gosu, pour devenir un grand guerrier http://bit.ly/bEsMqC [...]

Leave a Reply