En allant chercher la Révolution

La semaine dernière, j’ai reçu la nouvelle Freebox Révolution. Tout frétillant, je me réjouissais à l’avance de tous les nouveaux features qui allaient égayer mon morne quotidien webique (et qui sait, résoudre mon problème de débit foireux depuis 2 mois). Même si j’aime bien les gadgets technologiques, j’ai plutôt tendance à attendre que la première vague passe pour essuyer les plâtres mais sur ce coup, j’avoue être tombé dans la mise à jour compulsive.

Bref, j’avais demandé une livraison en relai Kiala, ça tombe bien yen a un à 5 minutes de chez moi. Manque de bol, un seul des relais de la ville semble être sélectionnable et comme par hasard, il est à l’autre bout de la ville. Je me démerde pour sortir du boulot plus tôt, rentre chez moi en speed, débranche l’ancienne box et la fourre dans un carton avec ses accessoires pour filer dans ma fière 206 vers la boutique indiquée dans le mail récapitulatif.

Une demi-heure de bouchons plus tard, me voila devant la porte du magasin sur laquelle on peut lire « Je reviens dans 130 mins ». Un monsieur d’une cinquantaine d’années semble attendre lui aussi, visiblement depuis un certain temps. Après 5 mins, il s’approche de moi et me demande:

- Vous lisez quoi sur l’affichette? 10 ou 30 minutes?
- Hmmm… je pencherais plutôt pour 30.
- Ah parce que voyez-vous, moi j’attends depuis 30 minutes et personne n’est revenu. C’est vraiment pas sérieux ces livraisons, avec le prix qu’on paye hein!

Je hoche la tête cérémonieusement, j’avoue ne pas avoir trop envie de lier le dialogue, je veux juste ma box et en plus le monsieur il est bizarre. Cette impression se confirme d’ailleurs quand il entreprend de me donner un cours d’astronomie pour les nuls en me parlant des différentes phases de la lune et de la luminosité des étoiles. Le ton pourrait passer pour celui d’un instituteur mais ça sonne plus comme quelqu’un qui a passé 2-3 mois en HP à regarder Discovery Channel (il avouera d’ailleurs un peu plus tard avoir appris certaines de ces choses sur « la chaîne découverte »).

J’écoute gentiment en évitant de trop le contredire, même quand il raconte des conneries sur la lune gibbeuse. On retourne à notre attente silencieuse, rompue ponctuellement par une nouvelle discussion du genre, jusqu’à ce que je le vois griffonner des trucs sur un petit carnet corné. Je lis dans son regard un énervement non dissimulé avant qu’il se rapproche de nouveau de moi.

- Bon, j’ai assez attendu mais je laisse quand même un mot hein parce que c’est pas sérieux quand même vous trouvez pas?
- Ah oui, c’est vraiment pas sérieux…
- Tiens, avant de nous quitter, nouvelle petite interrogation!

J’ai donc eu droit à un deuxième QCM sans choix multiple sur les différentes parties de l’oeil et je songeais aux moyens ne pas me retrouver avec un crayon à papier dans l’orbite en cas de mauvaise réponse. Fort heureusement pour moi, j’ai uniquement chuté sur la « conjonctive » que j’avais vulgairement appelé « blanc de l’oeil ». Le sphynx m’a ainsi laissé la vie sauve, a glissé le papier sous la porte et c’est évanoui dans la nuit tombante.

Quelques minutes plus tard, le vendeur revenait au magasin, comme un pied de nez au monsieur, et me refilait le précieux carton qu’au final j’aurais mieux fait de ne jamais commander, mais ceci est une autre histoire.

Tags: , ,

2 Responses to “En allant chercher la Révolution”

  1. Med 21 janvier 2011 at 20:36 #

    Bizzarement ça m’arrive fréquement que des gens me parlent pour me raconter des trucs dont j’ai rien à foutre… Mais comme toi, bien élevé que je suis ( à peu près ) je ne peux qu’écouter et souffrir en silence… Mais y’a des koud’boul ki’s perde … ;)

  2. Marie 24 janvier 2011 at 12:28 #

    C’est clair, pas mieux ! Tu nous racontes pourquoi tu n’aurais pas du la commander ? :)

Leave a Reply