Warhammer – Campagne Impériale – CR#2

Continuons la balade sur les routes du Vieux Monde avec notre court séjour à Altdorf et une partie de notre périple sur les eaux du Reik. Comme prévu, le voyage n’est pas de tout repos…

27 de Jahrdrung:
Notre petite troupe effectue les derniers kilomètres qui la sépare d’Altdorf, nous arrivons à Ravenstfin vers midi. Là, Boris tombe sur un vieil ami à lui un certain Josef qui nous offre le repas et nous présente un jeune mousse roux, Wuldrik, que Boris connaît aussi de ses années de soudard.

Sur le chemin, le Ritter repère un homme lui faisant des signes étranges mais ils ne semblent pas se comprendre, le confond-on avec ce Kastor? Il disparaît en tout cas rapidement dans la foule après avoir rejoint un autre inconnu.

A l’auberge, Josef nous explique qu’a priori la troupe du Prince est déjà partie mais que nous pourrons probablement l’intercepter à Bögenhafen où se tient justement une grande fête dans les jours qui viennent.

Avant que nous ayons eu l’occasion d’en discuter avec le Ritter, Boris lache le morceau concernant l’héritage de Kastor… Je ne pense pas que ce soit une bonne idée mais cela à au moins le mérite de nous assurer une place sur le bateau de Josef pour Bögenhafen… mais il y aura une contrepartie.

Je profite de l’après-midi pour me rendre dans Altdorf, au Collège de Magie. A ma grande surprise, on ne me laisse même pas entrer, il me faudra m’acquitter d’une somme de 2000 couronnes pour espérer rejoindre les rangs des sorciers dorés. Il faudrait que je renégocie ma paye avec le Ritter.

Pendant ce temps, j’ai cru comprendre que Boris et le Ritter se rendirent au Palais. Mis à part un voleur à la tire qui se fit promptement corriger, ils n’obtinrent que peu de renseignements supplémentaires: si nous voulons l’aventure, Bögenhafen est vraiment la destination de choix selon le régisseur Hopmann. A noter que la femme du Prince était en partance pour Talabheim.

Le soir, nous nous réunissons dans la chambre du Ritter pour décider de la marche à suivre pour l’héritage. Malgré mes réticences, mes compères arrivent à me convaincre que nous pourrons faire de grandes et belles choses avec cet argent, pour le bien de tous.

Nous retrouvons Josef dans la salle commune pour convenir de l’heure du départ quand un spadassin patibulaire et un groupe de nobles entrent sans gêne. Voyant le grabuge se profiler, je m’en vais querrir les gardes du port pendant que le pauvre Wuldrik se fait embrigader dans un jeu d’argent.

Le temps que je mobilise des gardes peu motivés, prétextant que la vie du Ritter est en danger, Josef revient avec des gars pas très nets de sa connaissance. La suite n’est qu’une longue et pénible distribution de coups pour les visiteurs.

Légèrement hébétés, nous gagnons nos chambres que nous verrouillons à double tour, le cadavre du mercenaire ainsi que les corps inconscients ont été “nettoyés”…

28 de Jahrdrung:
Nous sommes réveillés plus tôt que prévu par Wuldrik qui nous explique qu’il faut charger le bateau et se tirer en vitesse. Un des nobles d’hier a été retrouvé pendu et éviscéré en place publique… de là à faire un lien malencontreux avec nous il n’y a qu’un pas! Les circonstances sont tout de même très louches.

Le second de Josef, Jonas, nous explique que nous entrerons rapidement sur le canal de Weissebrück et que nous ferons étape à la ville du même nom dans quelques jours.

En chemin, Wulfy discute avec des patrouilleurs pendant que nous restons terrés dans le bateau de peur d’être reconnus (surtout le Ritter, toujours vêtu de ses beaux atours). Ils lui expliquent que deux corps ont été retrouvés décapités dans l’écluse et insistent sur le caractère étrange de la mort du noble. Cela fait beaucoup de morts pour une seule nuit!

Le reste de la journée se passe sans encombre et nous dormons sur le bateau à proximité d’une auberge.

29 de Jahrdrung:
La journée se passe sans faits notables.

Le soir venu, nous nous arrimons de nouveau près d’une auberge-relais mais décidons encore de manger et dormir sur le bateau pour éviter tout contact avec les locaux. Boris se charge cependant d’aller chercher un repas digne de ce nom au Ritter et, à son retour, il trébuche sur quelque chose…

C’est une tête! Les yeux ont été cousus mais il reconnaît un des hommes ayant fait signe au Ritter à notre arrivée à Altdorf. Je ne sais pas dans quoi ce Kastor baignait mais la récupération de cet héritage me semble de plus en plus périlleuse.

30 de Jahrdrung:
Nouvelle journée calme jusqu’au soir. C’est Wulfy qui remplace Boris à l’intendance du repas et à son retour une flèche se plante dans un arbre tout proche. Dans un arbre? Non! Elle est fichée dans une nouvelle tête, elle même attachée à l’arbre.

Les yeux ont également été cousus mais le Ritter remarque une marque bizarre au niveau du cou, une sorte de tache rouge comme si le sang n’avait pas séché normalement. Mais plus troublant, cet homme est le deuxième aperçu à l’arrivée à Altdorf… Les têtes correspondraient-elles aux corps découverts dans l’écluse deux jours plus tôt?

Par précaution, nous décidons de monter la garde.

31 de Jahrdrung:
Aux alentours de midi, nous sortons du canal pour entrer sur le Bögen, nous arrivons rapidement à Weissbrück. Josef nous explique que des mines de fer et de charbon ont été ouvertes ici par les nains et que la ville s’est logiquement enrichie par la suite.

Alors que nous accostons, Boris entrevoit un homme ressemblant au spadassin de l’auberge de Ravenstfin mais ce dernier est mort, ça ne peut donc pas être lui, l’homme entre dans l’auberge de l’Os noir. ll porte un chapeau bizarre et est surtout bardé d’une belle cicatrice autour du cou.

Josef est par contre furieux, il devait récupérer une cargaison de vin elfique mais la livraison est en retard, nous risquons donc d’être bloqués sur place un jour ou deux. Pour gagner du temps, je l’aide à faire les comptes et à gérer les registres des cargaisons disponibles.

Pendant ce temps, mes compères laissent trainer les oreilles dans les tavernes du coin. Ils apprennent que la favorite du Graf de Middenheim serait impliquée dans des orgies mais nous ne prêtons pas grand cas à ces calomnies. Dans le même genre, ils entendent parler de processions et de chants bizarres qui seraient réalisés à l’université d’Altdorf.

Plus intéressant, ils apprennent l’indentité de notre soudard: c’est un chasseur de prime! Il est là avec un acolyte et réside à la Trompette. Il va falloir jouer profil bas ici aussi…

Mais ce n’est apparemment pas suffisant et nous sommes attaqués pendant la nuit par des hommes tentant de mettre le feu à notre péniche. Nous les mettons hors d’état de nuire, l’un d’eux tombant à l’eau et l’autre étant capturé.

Pendant ce temps, le chasseur de prime et son bras droit font pleuvoir des carreaux sur nous et le Ritter ainsi que Wulfy manquent de se tranformer en passoire. Mais grâce à une manœuvre stratégique, Boris et son maître pourfendent l’homme de main et capturent l’homme au chapeau.

Nous interrogeons d’abord le quidam qui nous indique que le chasseur de prime se nomme Adolphus et qu’il les a payé pour l’attaque de cette nuit. Nous le mettons de côté en attendant de décider de son sort puis nous réveillons le fameux Adolphus d’un bon sceau d’eau dans la poire.

Sa voix est rocailleuse, hachée, probablement les conséquences de sa cicatrice. Nous entamons l’interrogatoire mais il n’y a rien à en tirer à part des insultes. Nous serions apparemment des mutants, des traitres à la solde du Chaos, des blasphémateurs! Avant que nous puissions réagir, il croque une dent creuse et s’empoisonne. Notre réactivité n’y fera rien, la quantité de poison ingurgitée étant trop grande, nos pistes s’achèvent là.

Nous trouvons toutefois un indice intéressant: il portait sur lui une lettre signée QF lui indiquant que Kastor arriverait à Altdorf depuis Middenheim en Jahrdrung, il est fait mention d’une société secrète et d’un Magister Impedimentae qui ne serait autre que l’alter ego du Ritter… Il est également joint un portrait de notre compagnon de route. Ce Kastor avait décidément de bien sombres fréquentations.

Tags: , , , , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Warhammer – Campagne Impériale – CR#3 | bintz.fr - 27 février 2013

    [...] voyage vers Bögenhafen ne s’est pas fait sans encombre… J’avoue que pour le moment on rame complètement sans trop savoir vers quoi notre MJ [...]

Leave a Reply