Cthulhu – Masques de Nyarlathotep – CR#15

Dernière étape avant le grand final égyptien, les joueurs n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la marche à suivre. Faut-il abattre Agatha? Est-il possible de la kidnapper et cela suffira-t-il? Ne pourrait-on pas fuir maintenant avant la cérémonie et tout ce qu’elle entraînera?

Encore plus dans cette phase, j’ai été confronté au problème de faire jouer de vieux briscards de l’Appel de Cthulhu. Les joueurs deviennent extrêmement prudents, rechignent à se jeter dans la gueule du loup tout en sachant qu’il faut tout de même contrer les vilains sectateurs. Ils se sont d’ailleurs divisés en deux camps distincts: ceux souhaitant assister à la cérémonie, vaille que vaille, quel que soit le résultat du kidnapping d’Agatha et ceux partisans d’une fuite stratégique, arguant que toutes les informations importantes avaient été récupérées et qu’il ne valait mieux pas perdre de temps dans une ville pourrie de sectateurs.

Mais bon, aujourd’hui c’est l’attaque du camp Clive, un petit apéritif avant la nouvelle lune. En guest star, le retour de Weezle! Quand le joueur a perdu son perso, je lui ai laissé le choix entre plusieurs PNJ ou récupérer le perso dans un sale état (il était resté dans la rue à 0pv pile) après qu’il ait été miraculeusement sauvé par la police. Il a choisi la dernière option, générant quelques situations et débats internes savoureux.

A noter que pour une fois, c’est moi qui me suis collé au compte rendu de A à Z. J’ai d’abord pensé le rédiger avec le point de vu de Nyarlathotep mais c’était trop peu crédible même si les quelques lignes écrites étaient drôles. J’ai ensuite pensé le faire via Ma’muhd mais là encore compliqué de gérer le point de vue d’un PNJ de 10 ans, analphabète de surcroit. Au final, c’est Amenhotep qui s’y est collé, c’était probablement la meilleure solution (ou la plus simple pour moi?).

camp_clive

Un camp pas si tranquille

1. Présentation

Session de jeu #15:
Mercredi 10 avril 2013

Investigateurs physiquement présents :
Elliot Thompson, homme de main
Edward Green, explorateur
Zacharias Atkinson, moine défroqué
Shaun Harland, collectionneur d’art

Investigateurs skypement présents :
Charles R.R Bapkins, détective conseil
Max Cardiggan, reporter freelance

En guest star :
Harvey Weezle, médecin mentalement instable
Janwillen Vanheuvelen, archéologue alcoolique

Vous trouverez ci-après les réflexions d’Amenhotep, leader des Medjaïs.

2. Evènements

Vendredi 20 mars

J’arrive au Caire avec mes hommes, des sympathisants nous hébergeront. Je prends rapidement contact avec les étrangers. Leur ami est apparemment sorti de l’hôpital en échappant aux séides du Pharaon Noir mais cela ne durera pas éternellement, je leur propose de les héberger eux aussi chez les nôtres. J’en profiterai pour garder un oeil sur eux, qui sait jusqu’où va l’influence du Dieu Sombre.

Le sidi Bapkins envoie des télégrammes à Londres et New York, il espère avoir l’appui de la police ou du gouvernement anglais. Je ne veux pas briser ses espoirs mais je doute que l’Empire Britannique ouvre les yeux sur le ver qui gangrène son ancienne colonie.

Dimanche 22 mars

Les sidis Green et Flanagan se rendent à Port Saïd, je ne peux les blâmer de préparer leur fuite au cas où les choses tourneraient mal. Ils ont eu l’intelligence de ne pas donner leurs vrais noms, prétextant être des intermédiaires achetant des places pour de riches touristes.

Mes amis m’indiquent qu’ils ont négocié sept billets sur le Léviathan le 6 avril, le premier bateau après la nouvelle lune. Ils ne sont pourtant que six, que préparent-ils? Ou comptent-ils réellement amener cet ivrogne hollandais avec eux? Quelques oreilles indiscrètes me rapportent qu’ils comptent kidnapper la spirite de l’expédition Clive et l’amener avec eux. Une alternative intéressante qui pourrait fonctionner.

Lundi 23 mars

Je suis convoqué à un “conseil de guerre”. Le choix est fait d’attaquer l’expédition Clive la veille de la nouvelle lune, dans la nuit du 2 au 3 avril, laissant ainsi peu de temps au culte pour réagir avant la cérémonie. Les occidentaux s’infiltreront par l’arrière du camp. L’un d’eux sera en poste avec un fusil pendant que les autres entreront par le grillage. Ils se sépareront alors en deux groupes, un d’observation et l’autre chargé de s’emparer de la femme sans attirer l’attention des gardes.

Si la situation venait à dégénérer, les coups de feux alerteraient mes hommes qui, cachés dans des ruines proches, chargeraient à cheval pour prendre l’ennemi à revers. D’ici là, je leur promets de récupérer un camion qui pourra servir à l’évacuation de leur équipe.

Le sidi hollandais n’a pas été convié à la réunion mais des informations importantes lui ont été soutirées sur l’emplacement de la sépulture de Nitocris révélée par ses anciens camarades.

Mardi 24 mars

Le sidi Bapkins reçoit une réponse de son ami britannique. Il a contacté l’ambassade du Caire pour plaider la cause des étrangers. Les autorités ne souhaitent pas se mouiller dans ce qu’ils estiment être une affaire entre locaux mais indiquent qu’il est possible de contacter un ancien des services secrets, Joseph “Bimbashi” McPherson, qui pourrait les appuyer.

Je connais la réputation de ce vieux renard qui ne rechigne jamais à mettre le nez dans une affaire louche.

Bapkins, Green et Atkinson se rendent dans le bar dont Bimbashi est le patron: le café Maraschino. J’apprends plus tard que la discussion a été fructueuse, les étrangers faisant valoir l’existence d’un groupe de malfrat versant dans le trafic de drogue.

Ils lui expliquèrent qu’une grosse transaction devait avoir lieu près du Sphinx, la nuit de la nouvelle lune et que de nombreux notables étaient impliqués, y compris une connexion anglaise matérialisée par la Fondation Penhew. Les noms de Shakti et Kafour filtrèrent dans la conversation et même si Bimbashi mit fortement en doute l’implication du professeur, il sembla particulièrement intéressé, promettant qu’il serait au rendez-vous le 3 avril pour peaufiner les derniers détails de son implication. Il pourra probablement mobiliser quelques hommes de confiance.

Etrangement, après avoir dénigré le professeur Kafour, ils se rendent tous chez lui pour mettre leurs derniers livres anciens en sécurité. Plus tard dans la journée, je rends à mon tour visite à Ali qui m’explique les doutes des étrangers quant à sa bonne foi. Il a apparemment réussi à les convaincre de sa bienveillance et m’indique qu’il sera également de la partie pour la nouvelle lune, son soutien sera précieux.

Vendredi 27 mars

Les jours passent et se ressemblent, l’inactivité rend les occidentaux nerveux, les seules sorties qu’ils s’autorisent sont les allers-retours au bureau de poste ainsi qu’à leur hôtel pour vérifier si de nouveaux télégrammes ne sont pas arrivés.

Aujourd’hui, Harland s’est senti plus épié que d’habitude sur le trajet, les effets pernicieux de la peur?

Lundi 30 mars

Maintenant c’est certain, quelqu’un les guête chaque jour. Ils ont tenté de coincer l’observateur ces derniers jours sans succès mais ce dernier manque pour une fois de discrétion. Grâce à une habile manoeuvre, ils tombent sur le pauvre bougre qui s’avère être… leur ami laissé pour mort: le sidi Harvey Weezle!

Selon leurs dires, ils l’avaient laissé pour mort, cachant rapidement le corps dans une ruelle. Les secours l’ont trouvé et amené à l’hôpital où il resta dans le coma plusieurs jours. A son réveil, se pensant traqué, il prit la fuite pour tenter de trouver ses anciens camarades (et se venger d’eux?).

Les étrangers décident de réintégrer l’homme dans leur groupe, visiblement à contre coeur… il sera assigné à la défense du tireur lors de l’attaque du camp. Ils n’ont en lui qu’une confiance toute relative.

Jeudi 2 avril

La troupe se prépare à l’assaut. La nuit est particulièrement sombre, seules les étoiles éclairent légèrement la crête des dunes. Chacun se met en position, prêt à assumer son rôle tout en observant les 5 gardes en faction.

Le sidi Green s’installe sur les hauteurs, réglant la lunette de son fusil, le médecin à ses côtés.

Les autres s’approchent du grillage d’enceinte, à l’arrière du camp et ont tôt fait d’y découper un passage à la pince. Bapkins, Cardiggan et Thompson se dirigent vers les tentes hébergeant les membres de l’expédition Clive alors qu’Harland et Atkinson restent cachés, attendant une opportunité d’entrer dans la pyramide où a été découverte la momie de Nitocris.

Le reste m’a été conté au petit matin alors que nous quittions le site dans le camion.

L’opération infiltration fut presque un succès. Alors que le corps chloroformé de la voyante allaient passer le seuil de la tente, Bapkins trébucha, réveillant quelqu’un. Une voix s’éleva “Was? Agatha? Herr Professor? Alarm!!!”.

Tout s’enchaîna alors à une vitesse effrennée. Winfield poursuivit les trois compères pistolet à la main accompagné de Clive pendant que Green alignait le garde de faction d’une balle en pleine tête. Harland et Atkinson se ruèrent vers la pyramide pendant que mes hommes lançaient la charge. Mais une fois sur place, ils ne purent que constater le massacre: les quelques gardes, pris par surprise, avaient tous été abattus. Bapkins et Cardiggan étaient sévèrement blessés par balle et Harland ainsi qu’Atkinson manquaient à l’appel.

James Gardner s’était aussitôt constitué prisonnier, ne comprenant pas la violence d’un tel raid, Agatha Broadmoor dormait toujours mais les autres membres de l’expédition Clive manquaient à l’appel: le professeur lui même, Johannes Sprech et Martin Winfield qui s’étaient semble-t-il carapaté eux aussi via la sépulture de Nitocris non sans avoir psalmodié quelques incantations étranges leur permettant de passer entre les balles.

Peu de temps après, Harland nous rejoint au camion, il nous indiqua être parti avec Atkinson dans les souterrains. Là, ils avaient entendu passer Clive et sa bande qui parlaient de prévenir Omar Shakti de l’attaque! Ils décidèrent de continuer l’exploration mais une dispute éclata entre les deux camarades et Harland décida de rebrousser chemin, seul.

Heureusement pour lui, le chemin retour se passa sans encombre même si son visage était particulièrement pâle.

Ne voyant pas revenir Atkinson, les valides prirent la décision de partir à sa recherche: Harland, Green, Weezle, Thompson, deux de mes hommes et moi même.

Par chance, nous réussîmes à retrouver Atkinson mais ce que nous vîmes dans les profondeurs de la pyramide ne doit pas être conté plus avant. Le temple du Dieu Noir, ses séides à tête animale, les piliers sans fin, le sarcophage de Nitocris en lévitation et les borborygmes immondes venant des profondeurs. Il nous faut être prêts pour ce qui vient, la Reine ne doit pas être résuscitée.

Vendredi 3 avril

Au petit matin, les journaux annonçaient une attaque de nomades barbares sur le camp de l’expédition Clive, ce dernier expliquant au journaliste la violence de l’assaut…

Tags: , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply