Cthulhu – Masques de Nyarlathotep – CR#16

Mieux vaut tard que jamais, je viens de me rendre compte que je n’avais pas posté le compte rendu du dernier scénario égyptien (merci à True Detective qui me donne une très forte envie de masteriser!).

Nous avions laissé les investigateurs blessés après leur assaut sur le camp Clive et le kidnapping d’Agatha Broadmoor. Il fallait que je gère la situation aussi bien que possible sachant que:
=> je voulais leur laisser une réelle chance de s’enfuir avec Agatha ;
=> certains joueurs ne voulaient sous aucun prétexte assister à la cérémonie ;
=> d’autres joueurs voulaient tout de même se rendre à la cérémonie au cas où elle aurait tout de même lieu, afin de vérifier que l’enlèvement d’Agatha était suffisant.

J’ai donc décidé de les confronter à une course poursuite, charge à eux de prendre les risques nécessaires et de se séparer comme bon leur semble, les guerriers d’Isis me fournissant suffisamment de PNJ pour ne pas laisser des joueurs en plan pendant de trop longues phases.

Au final les joueurs semblaient contents de la tournure des choses et la session laissera des traces dans les private jokes du groupe, en particulier quand, pour se cacher, certains ont voulu s’enfermer dans une chambre forte… Quelques jets de dés insolemment chanceux plus tard, deux groupes, dans deux bateaux différents quittent l’Egypte. Les PNJ embarqués sont-ils fiables? Arriveront-ils tous à bon port?

La campagne est actuellement en pause mais j’espère bien pouvoir reprendre dans les mois qui viennent avec le Kenya en ligne de mire pour répondre à ces questions, stay tuned!

sphinx

Macabre cérémonie
“A un moment donné, il faut bien faire confiance à quelqu’un.”

1. Présentation

Session de jeu #16:
Mercredi 19 septembre 2013

Investigateurs physiquement présents :
Edward Green, explorateur
Zacharias Atkinson, moine défroqué
Shaun Harland, collectionneur d’art

Investigateurs skypement présents :
Charles R.R Bapkins, détective conseil
Max Cardiggan, reporter freelance

En guest star :
Elliot Thompson, homme de main (PNJ)
Harvey Weezle, médecin mentalement instable (PNJ)
Janwillen Vanheuvelen, archéologue alcoolique (PNJ)
Amenhotep (PNJ)
James Gardner (PNJ)

Vous trouverez ci-après les réflexions de Shaun Harland.

2. Evènements

Samedi 4 avril, au matin

Suite à notre incursion dans le camp de Clive, nous sommes tous cachés chez l’habitant, grâce aux contacts de nos alliés du culte d’Isis.

Nous nous retrouvons néanmoins en un même lieu pour planifier les actions futures. Nous tenons en otage Agatha Broadmoor qui semble être la clé de la future cérémonie, ainsi qu’un membre de l’expédition Clive qui s’est rendu sans faire d’histoire, un certain James Gardner.

Nous sommes rapidement rejoints par le docteur Kafour qui propose de soigner deux d’entre nous. Après une rapide discussion, c’est Cardiggan et Atkinson qui sont désignés. Le docteur, décidément plein de ressources, psalmodie ce qui semble être un sortilège au-dessus de nos compagnons. Après avoir soigné l’un, il ingurgite un mystérieux liquide à l’odeur tout aussi étrange et se penche vers l’autre en récitant les mêmes mots. L’effet est immédiat et les deux hommes, pourtant bien mal en point, retrouvent leur vigueur initiale. Nous le remercions et il s’éclipse rapidement.

Puis nous décidons d’interroger Gardner. Il explique qu’il est archéologue et que Clive l’a engagé. Il nous fait part de son mépris pour Winfield qu’il n’a pas l’air de porter dans son coeur pour plusieurs raisons mais ne paraît pas savoir grand chose des manigances de Shakti et Gavigan. Cardiggan et moi-même tentons alors de lui exposer la situation et son caractère surnaturel mais l’homme se montre sceptique. Nous l’invitons à rejoindre nos rangs malgré l’opposition d’Atkinson dont la paranoïa s’aiguise de jour en jour. Il accepte finalement de nous accompagner.

Des cris provenant de la chambre de Broadmoor se font alors entendre. Nous nous précipitons sur les lieux. Elle est terrorisée et nous supplie de quitter les lieux.

« Il me voit! Il vient! »

Cardiggan saisit le formol, je l’aide à soutenir la voyante et nous prenons tous la fuite. C’est alors que nous percevons des crépitements dans notre dos et une créature aux mains pourvues de longues griffes fait son apparition sous les yeux terrifiés d’Atkinson. Ce dernier, au prix d’un incroyable saut, échappe au monstre mais s’effondre en bas des escaliers. Heureusement, la créature disparait dans un nuage de fumée et notre infortuné compagnon peut se relever et rejoindre le groupe.

Ce tombeau sera votre tombeau !

Cette attaque confirme que la présence de Broadmoor est essentielle à la réussite de la cérémonie et que le culte du Pharaon Noir fera tout pour la récupérer. Mais cela nous expose aussi à d’autres attaques de ce genre. Atkinson sous-entend qu’il faut s’en débarrasser mais nous refusons catégoriquement. Nous nous séparons en deux groupes. Weezle, Atkison et Green partent chercher l’aide d’Amenhotep et ses hommes pendant que j’accompagne Cardiggan et Broadmoor chez Kafour dans le but de trouver un moyen de mettre la voyante à l’abri.

A notre arrivée à l’université, deux individus sont postés devant l’entrée. Nous trouvons une deuxième entrée mais nous sommes repérés. Un homme nous suit, puis nous course tandis que l’autre détale, probablement pour avertir ses maîtres. L’effet du formol s’étant quelque peu estompé, je soutiens Broadmoor et nous filons auprès de Kafour. Pendant ce temps, Cardiggan donne une leçon de combat rapproché à notre poursuivant mais ne peut stopper le fuyard. Il traine le cadavre dans l’allée et nous rejoins dans le bâtiment.

La seule protection que peut nous apporter Kafour est la chambre forte dans lequel sont entreposés nos ouvrages. Il est protégé des forces maléfiques par un dispositif magique et est suffisamment solide pour résister à n’importe quel perceur de coffre. Ça ne parait pas être une bonne idée à long terme mais c’est la seule qui nous vient à l’esprit: nous nous enfermons dedans, en prenant soin d’administrer sa dose de formol à la voyante, toujours aussi terrorisée, et envoyons Kafour prévenir nos compagnons.

Pendant ce temps, le reste des troupes se rend chez les Medjaïs hébergeant Vanheuvelen pour y trouver repas et repos. Néanmoins, Il faudra peu de temps à Kafour pour les rejoindre et leur raconter nos mésaventures. Ils repartent tout aussi net, conscients de la fragilité de notre protection face aux pouvoirs occultes qui nous menacent. Le groupe choisit de tenir le hollandais au courant et de l’amener avec nous, contre l’avis d’Atkinson.

L’après-midi

Une fois réunis, il nous faut prendre une décision cruciale: fuir ou rester. Le groupe est partagé, aucun consensus ne semble se dégager. C’est alors que nous choisissons de nous séparer.

Sous la protection de trois Medjaïs, Thompson, Cardiggan, Bapkins, Vanheuvelen, Gardner, Broadmoor et moi-même partons vers Port Saïd pour tenter d’embarquer au plus vite.

Sur le trajet, les crépitements maintenant familiers nous parviennent et la créature griffue se matérialise à nouveau sous nos yeux, sur le plateau du camion. Je tente de la repousser des deux pieds mais rien à faire, je ne suis pas de taille. Thompson commence alors une série d’embardée et je manque de peu une chute fatale. Tout le monde se cramponne mais la créature résiste. Cardigan fait feu et la blesse. Enfin, d’un coup de fusil salvateur, un des Medjaïs fait disparaitre notre abominable adversaire. Une chance insolente nous permet d’en sortir tous indemnes.

Arrivés au port, nous constatons que l’endroit est également sous surveillance du culte mais Cardiggan parvient à se faufiler et trouve un capitaine prêt à nous embarquer. Il nous en coûtera 100 dollars par tête, soit 600 dollars, mais nous partirons dans une poignée d’heures… Sommes-nous sauvés pour autant? Cardiggan sort ses derniers billets, mettant tous nos espoirs dans cet inconnu.

Alors que les dernières lueurs du jours s’éteignent à l’horizon, le bateau lève l’ancre, première étape: le Yemen.

port-said

Pendant ce temps, au Caire

Atkinson, accompagné du petit Ma’muhd, cherche à louer un véhicule dans la perspective du départ post-cérémonie vers Port Saïd alors que Weezle, Green et Amenhotep, chef du culte d’Isis, partent faire du repérage sur le site de l’expédition Clive. Clive et Winfield sont présents et l’endroit grouille de policiers. Les journaux ont relayé l’attaque du camp la veille, il fallait s’y attendre… Les tribus de nomades sont accusées d’avoir fait le coup, moindre mal pour le groupe.

Sur le chemin du retour, il est 17h lorsque Green perd la trace de Weezle. L’homme veut faire cavalier seul depuis un petit moment et sa décision semble irrévocable. Espérons que ses pulsions explosives ne leur cause pas de problème.

Bimbashi, l’ancien des services secrets anglais n’est pas recontacté comme convenu, c’est Bapkins qui l’avait vu et il paraît délicat que quelqu’un d’autre l’approche.

NYARLATHOTEP !!! NYARLATHOTEP !!! NYARLATHOTEP !!!

Ce qu’il reste de l’équipe est maintenant prêt à en découdre et, accompagnés d’Amenhotep et ses Medjaïs, se rend sur les lieux de la cérémonie avec la ferme intention d’empêcher la résurrection de Nitocris, si toutefois la chose est encore possible en l’absence de Broadmoor et si toutefois ils peuvent arrêter quoi que ce soit…

Après avoir laissé voiture (que Ma’muhd surveillera) et chevaux dans un endroit sûr, ils se camouflent tant bien que mal dans les environs et assistent à la sinistre procession des cultistes qui arrivent en masse. Ils sont plusieurs centaines, voire milliers, à franchir ainsi l’entrée du site. Shakti et Gavigan les réunissent aux pieds du Sphinx. Les deux hommes haranguent la foule et des chants aux airs malsains résonnent dans le désert.

« NYARLATHOTEP !!! » hurlent-ils alors que Shakti puis Gavigan touchent une stèle qui les fait disparaitre aussitôt. A leur tour, les cultistes font de même et la grande place se vide peu à peu.

Persuadés qu’ils se sont téléportés dans le temple, les investigateurs choisissent de s’y rendre en empruntant la grotte précédemment explorée, débouchant sur le camp Clive. Ils entament leur progression à travers le dédale des boyaux qui semblent pulser, comme arrachés à leur condition minérale par je-ne-sais quel infâme procédé. Au loin résonne les prières des cultistes et la tension se fait de plus en plus sentir au fur et à mesure que l’expédition se rapproche du temple. D’autant plus que les parois semblent saigner à présent. Un spectacle des plus angoissants.

Guidés par un Atkinson revanchard tout au long de la progression, le groupe se poste dans un boyau donnant sur une passerelle surplombant la pièce et se prépare à descendre Gavigan et Shakti une bonne fois pour toute.

La salle est toujours aussi inquiétante et les piliers qui la soutiennent se balancent aux rythmes des chants impies des sectateurs dans l’obscurité oppressante du plafond inexistant. En contrebas, les hommes à tête animale sont mêlés aux cultistes dans une immonde orgie, certains dévorant même leurs semblables puis Gavigan fait jeter des prisonniers dans une fosse remplie d’une eau noirâtre. Ils ressortent de ce sinistre plongeon le corps couvert de sangsues qui les vident rapidement de toute vie. Face à une telle boucherie, les investigateurs doivent faire preuve de toute leur détermination pour ne pas sombrer dans la folie.

Puis Shakti lève les bras vers le sarcophage qui se met à descendre vers l’autel. Le tombeau couleur ébène dévoile alors son contenu, la momie de Nitocris. Shakti entame ce qui parait être le sortilège de résurrection. Les investigateurs le tiennent en joue lui, son chat et Gavigan. Les minutes s’écoulent, pesantes, mais rien ne semble se produire…

Furieux d’avoir échoué, Shakti et Gavigan se postent en direction de la grande ouverture au fond du temple et récitent une nouvelle incantation. Est-ce le moment pour faire feu? C’est en tout cas ce croit Atkinson qui, après une hésitation collective, supplie ses compagnons d’exécuter les deux sorciers.

La lumière au bout du tunnel

sphynx-noir

Une gigantesque patte féline commence à sortir de l’obscurité alors que les fusils retentissent. Feu à volonté !

En un instant, le chaos ambiant tourne à l’enfer. Green explose la tête de Gavigan qui tombe aussitôt, raide mort tandis que le chat de Shakti écope d’une balle. L’animal pousse un grognement sinistre et le corps du petit animal libère aussitôt une redoutable créature felino-humanoïde, aux griffes acérées. Shakti, comme prévenu par une puissance occulte, se retourne un instant avant d’être touché par les balles et croise ses deux sceptres devant lui, absorbant une partie du choc.

La situation est critique, l’homme chat se rue en direction des investigateurs alors que se dévoile pleinement la créature incantée. C’est un Sphinx énorme au visage constellé de bouches qui se nourrissent des cultistes à proximité. Mes compagnons prennent alors la fuite tandis qu’une poignée de Medjaïs menés par Amenhotep entonnent des prières à Isis et tirent une deuxième fois sur Shakti. Une balle l’atteint et semble le blesser, est-il mort pour autant? Tout le monde peut fuir mais quel est le bon chemin?

Dans la précipitation, l’expédition prend un boyau qui s’avère être un cul de sac, il faut se hâter, l’homme chat est déjà sur un Medjaï qui dégaine son cimeterre. Sentant son heure arrivée, le courageux guerrier d’Isis chante la gloire de sa déesse alors qu’une langue préhensile le saisit au niveau du cou avant de l’achever quelques secondes plus tard.

Après une course effrennée, la sortie se profile aux investigateurs qui débouchent au milieu du camp. Tous? Non! Atkinson, à bout de souffle et talonné par une foule assoiffée de sang est sur le point d’être rattrapé. Un fier guerrier d’Isis s’arrête alors, faisant barrage de son corps pendant le bref instant nécessaire au prêtre pour se carapater.

Tous détalent au plus vite vers montures et véhicule. Amenhotep ordonne à ses hommes de se disperser et de faire profil bas pendant les jours à venir. Le chef du culte d’Isis insiste pour escorter mes compagnons jusqu’à Port-Saïd. Alors que nous quittons les lieux, une détonation se fait entendre et Green trouve un morceau de papier griffonné “Ne vous inquitez pas pour moi – Signé W.” Qui sait ce qu’il adviendra de notre compagnon et si nous le reverrons un jour…

Une fois arrivés à Port Saïd, sur le quai, Amenhotep propose à Ma’muhd de rejoindre son clan pour faire de lui un Medjaï. C’est un déchirement pour Atkinson qui s’était attaché à l’enfant. Ce dernier décide de suivre la voie du combat mais remercie chaleureusement les investigateurs pour leur soutien. Atkinson lâche à l’enfant une liasse de billet. Une larme coule sur sa joue…

Prochaine destination, Mombasa où les investigateurs tenteront de retrouver le reste de l’équipe, parti la veille.

Tags: , , , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Cthulhu – Masques de Nyarlathotep – CR#17 | bintz.fr - 17 décembre 2014

    […] est-il que nous avions laissé les investigateurs dans deux bateaux différents en partance pour […]

Leave a Reply