Un Noël en carton

Je voulais écrire cet article il y a un bon mois mais l’actualité ayant été un peu particulière, je n’ai pas voulu polluer les internets avec des futilités.

Mais la vie reprend son cours et il est temps de vous parler de mon deuxième Noël. Certes, j’ai été bien gâté pour le « vrai » Noël mais intérieurement, j’attendais un cadeau de moi pour moi. Comme je l’expliquais il y a peu, je me suis relancé dans la collection de cartes de basket. Léger inconvénient, il est très difficile d’en trouver en France ce qui implique des achats aux Etats-Unis et le paiement de frais de port tout bonnement indécents.

Pour pallier à ça, mon gentil beau-frère, résident américain, a accepté de centraliser mes achats pour me les envoyer d’un seul bloc. Les mois ont passé, j’ai écumé ebay en long en large et en travers, j’ai acheté des boîtes entières de paquets, des cartes à l’unité, des lots de cartes et tous ces kilos de carton se sont gentiment amoncelés dans un coin de sa maison. Tous les matins, je vérifiais fébrilement les enchères terminées dans la nuit et j’alimentais méticuleusement mon tableur pour garder une trace de ce que j’avais acheté et si le vendeur avait bien tout envoyé.

Puis vint le temps du rappatriement. Le gentil beau-frère passa une après-midi quasi entière à remplir du mieux qu’il put un gros carton de couches (sans les couches) et amena le tout au bureau de poste le plus proche. Quelques semaines plus tard, je recevais mon Graal.

reception_cartes_noel2014_1

Comme je suis un peu maso, j’ai tout ouvert en partant du moins intéressant: j’ai commencé à lister toutes les cartes à l’unité pour vérifier que tout était bien là. Quel plaisir de découvrir en vrai des cartes que l’on a juste vu en photo! Bon, dit comme ça, ça fait un peu pathétique mais souvenez vous d’avoir entre les mains le jouet tant espéré, c’est toujours plus cool que la photo dans le catalogue non?

reception_cartes_noel2014_2

Quelques rares déceptions venant de cartes moins chouettes que prévu mais dans l’ensemble ravi, j’ai enchaîné avec les lots. Le problème des lots, c’est que la plupart du temps on ne sait pas sur quoi on va tomber. Dans mon cas, j’avais entre autres récupéré deux lots de Bulls de plusieurs centaines de cartes. Je m’attendais à avoir une grosse majorité de trucs bof et finalement c’était vraiment top. J’ai découvert plein de sets dont je ne soupçonnais même pas l’existence et qui orienteront sûrement mes prochaines recherches.

Le meilleur pour la fin: l’ouverture des box. Il y en avait huit, toutes sous blister, toutes produites dans les années 90 (poussière vintage incluse) et achetées pour une bouchée de pain alors qu’à l’époque cela aurait représenté quelques années d’argent de poche. Le petit Bintz des 90′s aurait été tout retourné à la vue de tant de merveilles!

reception_cartes_noel2014_3

Et j’ai ouvert la première, puis le premier pack. J’ai étalé les cartes sur le canapé, par piles par numéro. J’ai tout rangé méthodiquement, complété les sets, noté les cartes manquantes, mis les doubles de côté, découvert les inserts brillant, translucides, découpés au laser. Ca m’a pris trois soirées. Trois soirées à faire des piles de petit bouts de carton et à les référencer jusque tard dans la nuit. Trois soirées de voyage dans le temps à rigoler devant les hipsters avant l’heure avec leurs moustaches improbables du siècle dernier et leurs lunettes teintées.

reception_cartes_noel2014_4

Au final, il me reste à tout mettre en classeur pour pouvoir les feuilleter pendant les longues soirées d’hiver. J’ai même récupéré de vieux classeurs Bull au boulot pour ranger mes cartes des Bulls. Si c’est pas la mega classe ça?

Tags: , , , , , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply