Cthulhu – Masques de Nyarlathotep – CR#25

On continue sur la lancée avec ce 25ème compte rendu! Il correspond à la dernière session avant la double séance du final, autant dire que j’avais plutôt intérêt à bien mettre les choses en place pour faciliter la fin et pour cela, j’avais plusieurs objectifs

Le premier était de leur fournir les informations de l’Oeil de Lumière et de Ténèbres. Il me semblait aberrant de les faire revenir au Kenya pour que le vieux Bundari leur passe les infos, j’ai donc décidé que Mu Hsien finissait l’étude, mais il allait falloir qu’ils l’apprennent eux même.

L’apprentissage n’a pas apporté grand chose en terme de jeu mais m’a permis de remplir un deuxième objectif: leur mettre la pression niveau date. Certes, ils ne sont qu’en juillet et l’éclipse est prévue pour janvier mais il leur fallait choisir combien de temps passer à apprendre l’enchantement, au risque de se mettre à la bourre pour la fin. Sur ce point c’est un succès très relatif car j’ai été un peu trop gentil sur les temps d’apprentissage, ils ont réussi de jolis jets et ont pris un minimum de risque dès que la majeure partie du groupe a eu tout bien appris. Ca m’aura tout de même fait gagner quelques semaines sur le calendrier et ils sont restés (jusqu’au final) avec pas mal de doutes sur la marche à suivre le moment venu. Avoir un texte descriptif c’est bien joli, mais le sang de l’ignorance, c’est quoi? Réunir les alliés du Bien ok, mais combien? Niark niark niark!

oeil-tenebre-lumiere

Un autre enjeu de cette séance était de constituer l’équipe de personnages qui allait animer le final. Vu la potentielle létalité du bouzin, j’avais besoin de PJ de rechange qui étaient tout prêts en la personne de Cowles, sa fille et leur pote Dodge. En plus, au cours de la campagne, les joueurs me demandaient régulièrement quand Cowles arrivaient en Australie, c’est d’ailleurs ça qui les a motivé à faire la Chine avant l’Australie. Je n’ai donc pas eu besoin de les pousser le moins du monde pour faire un petit crochet par Sydney pour s’allier avec les universitaires.

Dernier point qui me tenait à coeur: la machinerie yithienne. Compte tenu de l’expérience de mes joueurs en matière de Mythe et leur parano aiguë, j’avais peu d’espoir de les voir monter l’étrange machine. Pourtant, cela me semblait un ressort scénaristique intéressant et une aide non négligeable:
=> pour les joueurs puisque cela leur donnait potentiellement accès à certaines connaissances impossibles à récupérer autrement
=> pour le MJ afin d’influer discrètement sur le déroulement de la partie via le joueur incarnant le yithien.

Pour ça, je savais qu’il me fallait une carotte qui s’est tout simplement matérialisée par une petite note glissée dans la caisse de la machine. Le rôliste étant ce qu’il est, ils n’ont pas résisté à l’attrait d’un artefact potentiellement utile et la technologie ça fait toujours moins peur qu’une grosse statue pleine de tentacules. Résultat des courses? Le parfait cliffhanger pour préparer le final :)

Apprentissage/Assemblage

1. Présentation

Session de jeu #25:

Mercredi 11 novembre

Investigateur physiquement présent :
James Gardner
Agatha Broadmoor

Investigateurs roll20ment présents:
Edward Green, explorateur
Jomo Mariga, fils de Sam Mariga
Max Cardiggan, reporter sans frontière

Vous trouverez ci-après une analyse de la situation d’un observateur neutre.

2. Événements

20 juillet 1925, Hong Kong

La troupe prend une pause bien méritée dans un hôtel tranquille du port de Hong Kong, loin de l’agitation du sanatorium où dépérit le pauvre Roger Carlyle. Cowles et Erica Carlyle ont été contactés par télégramme et les investigateurs lèveront le camp d’ici quelques jours.

22 juillet 1925

Le professeur Cowles leur répond que des obligations professionnelles le retiennent à Sydney mais qu’il serait très heureux de les accueillir chez lui. Dans le même temps, un télégramme de Brady arrive, annonçant des avancées significatives pour leur cause commune.

Des billets pour Shangaï sont achetés immédiatement.

24 juillet 1925

Arrivée en Chine mais pas facile de rencontrer Brady toujours aussi paranoïaque. Green se rend avec Cardiggan dans le salon de thé convenu avec l’ancien mercenaire, un message lui est laissé mais il faudra être patient.

Les journaux révèlent qu’un incendie a ravagé les entrepôts d’un riche négociant chinois quelques jours plus tôt. Un petit sourire (rictus?) se dessine sur les visages du groupe.

25 juillet 1925

Lassés d’attendre, Green et Jomo se rendent de nouveau au salon de thé mais on leur explique aimablement que la patience est reine.

28 juillet 1925

Brady prend enfin contact via un intermédiaire. Le soir même, les investigateurs sont présentés à Mu Hsien, le vieil érudit chargé d’étudier les Sept Livres cryptiques de Hsan afin d’y découvrir les secrets de l’Oeil de Lumière et de Ténèbres. C’est un homme au crâne entièrement chauve et à l’âge très avancé mais pour autant indéfinissable, il est particulièrement souriant à la vue des nouveaux arrivants.

Le vieux chinois ne parle pas anglais et malgré les efforts de Brady, il est difficile de comprendre les tenants et les aboutissants de son étude, il faudra être patient. Apparemment, le vieil homme peinait énormément à comprendre les fondements du rituel jusqu’à il y a deux semaines. En rêve, il aurait eu la vision d’un vieil homme noir et extrêmement maigre. Ce dernier, dans un mandarin parfait aurait expliqué à monsieur Mu que lui aussi bloquait sur l’analyse de cet antique enchantement. Ils auraient ainsi devisé toute la nuit, l’un aidant l’autre, confrontant leurs résultats.

Au réveil, Mu Hsien pensait maîtriser le rituel mais il lui fallut encore quelques jours pour finaliser son étude et reconstituer ses souvenirs.

Malgré la barrière de la langue, il allait donc falloir apprendre le rituel auprès du chinois. Brady se chargerait d’héberger les américains dans cette grande demeure et de pourvoir à tous leurs besoins basiques tout en servant d’interprète.

3 août 1925

Quelques jours seulement après le début de l’étude, Max et Jomo ont assimilé le principe du rituel. Ils le retranscrivent à leurs camarades en ces termes:

« De tous les signes qui gardent efficacement des infestations du Dieu Sombre, le plus puissant s’appelle l’Œil de Lumière et de Ténèbres. Gravé dans la substance d’un lieu élevé, près des places hantées par le Mal mais à moins de trente lis [NDMJ: environ 16 km] de celle-ci, ce signe repousse les forces malfaisantes tant qu’il existe. L’Œil doit être créé l’après-midi précédant un lever de pleine lune. Au lever de la lune, le sang de l’ignorance doit emplir la pupille de l’Œil et l’emplir encore à chaque battements de tambour jusqu’au coucher de la lune. Quand le premier sang est donné, chantez les mots ‘sa-ma, sa-ma te-yo, sa-ma’ et continuez jusqu’à ce que la lune se couche. Lorsque la lune se lève à nouveau, l’Œil s’ouvre pour garder et protéger. Rassemblez les amis du Bien pour cette œuvre de sagesse car un trop petit nombre ne peut qu’échouer. »

Malheureusement, les autres membres du groupe n’ont pas l’esprit aussi vif et l’étude continue.

10 août 1925

Envoie d’un télégramme à Cowles pour lui annoncer un retard et une arrivée dans environ deux semaines.

17 août 1925

Agatha Broadmoor et Green comprennent enfin l’essence du sortilège, malheureusement Shaun y reste totalement hermétique.

18 août 1925

La troupe monte à bord d’un nouveau bateau de croisière afin de gagner Sydney pour la probable dernière étape de ce voyage maudit.

Photo Nº: 00x08629

25 août 1925

Le trajet se passe sans encombre mais les cauchemars qui taraudent le groupe depuis des semaines redoublent d’intensité. Deux points du triangle ont été détruits mais Dieu seul sait si cela sera suffisant, il faut mener la tâche à terme en faisant de même en Australie.

A Sydney, le professeur Cowles et sa fille reçoivent un groupe marqué par les mois d’enquête et d’horreur. Autour d’un bon repas, il leur présente le professeur Dodge à qui il confie sa demeure quand il part pour Arkham. C’est l’occasion de faire le point sur tout ce qui s’est passé et les universitaires sont à la fois atterrés et intéressés par le récit de cette longue quête.

A l’évocation d’un site localisé dans le nord ouest du pays, Cowles explique immédiatement qu’il faut monter une expédition dans le grand désert de sable, là même où ont été pris les clichés présentés aux investigateurs des mois plus tôt. Dodge, particulièrement enthousiaste, propose son aide, en plus il connaît bien le coin et ses compétences d’archéologue complémenteront bien celles d’anthropologue de Cowles. Ewa sera bien évidemment de la partie même si son père s’y oppose énergiquement.

Les investigateurs insistent pour faire une étape à Darwin où ils ont à faire. La suite du voyage les amènera à Port Hedland puis à Cuncudgerie, dernière étape aux portes du désert.

1er septembre 1925

Le groupe décide de fausser compagnie à ses nouveaux compagnons afin de ne pas les mêler à certaines activités pour le moins répréhensibles.

La journée est occupée par une observation minutieuse de l’entrepôt de la compagnie maritime Randolph, un hangar crasseux des quais où l’activité est particulièrement restreinte.

La nuit venue, Max, Jomo et Edward s’infiltrent en catimini dans le bâtiment. Pour une fois, la serrure résiste aux “talents” du reporter qui finit par se résigner à défoncer la porte. Sur plusieurs caisses ils découvrent le même symbole que celui aperçu dans le bureau de Ho Fong, une sorte de cercle paré d’une paire d’ailes stylisées. La fameuse chauve souris des sables évoquée par Cowles dans sa conférence?

Une caisse attire particulièrement l’attention du groupe, un coup de pied de biche plus tard, ils découvrent des pièces mécaniques et une petite note disant “Notre prisonnier m’a fourni cet outil de repérage à distance, je pense qu’il vous sera utile. Je vous joins les instructions d’assemblage.”

Malheureusement, la police, attiré par les bruits, fait décamper les fauteurs de trouble qui ont tout de même le temps de subtiliser la caisse et son contenu ainsi qu’un gros livre de comptes.

Pour ne pas attirer l’attention à l’hôtel, les pièces sont transvasées dans des malles et ramenées ainsi dans la chambre de Green.

Pendant ce temps, Agatha organise avec Gardner et leurs nouveaux camarades une séance de spiritisme, essayant de contacter l’esprit de feu Atkinson. Toutefois la vieille voyante est troublée par tant de voyages et d’émotions, ne parvenant pas à se concentrer sur son talent. Les convives sont tout de même charmés par l’expérience.

2 septembre 1925

La journée est consacrée à l’analyse du registre découvert la veille. Outre les destinations habituelles à Londres et Shanghai, un nouveau nom sort du lot. Il s’agit de l’échoppe d’un certain Mortimer Wycroft à Cuncudgerie. De plus, les marchandises liées aux cultes sont anotées du fameux cercle ailé.

3 septembre 1925

Il est temps de passer à l’étape suivante et la petite troupe, décidée à affronter son destin, part pour Port Hedland.

port-hedland-1

4 septembre 1925

Le lendemain, le bateau arrive à destination, il faudra continuer par les terres. Sur place Cowles les présente à Robert Mackenzie, l’exécuteur testamentaire d’Arthur McWhirr, l’homme ayant pris les fameuses photos dans le désert.

Il leur apprend que McWhirr était quelqu’un de respectable et absolument convaincu de sa découverte. Il était certain d’avoir mis à jour une cité antique au coeur même du désert et ses photos sont les seules preuves tangibles de tout ceci. Malheureusement, la plupart de ses clichés ne donnèrent rien au développement, rongés par la chaleur du désert.

Il prévoyait de retourner dans le désert pour prouver ses dires au monde mais il fut emporté par la grippe en 1921 avant de mener son projet à terme.

Mackenzie offre aimablement le carnet de note de McWhirr ou du moins ce qu’il en reste, il a prêté les autres pièces et photos il y a des années à un certain John Carver qui ne les a jamais ramenées… Etrangement, le vieil australien reconnaît son voleur lorsqu’on lui présente une photo du docteur Huston, le dernier membre de l’expédition disparue. Remerciant leur hôte, les investigateurs regagnent la ville et l’hôtel pour deviser de la marche à suivre.

Avant de s’enfoncer dans les terres, vers Cuncudgerie, le groupe décide de tenter d’assembler la machine découverte à Darwin. Qui sait, ce mécanisme de repérage pourrait peut être servir à lutter contre l’ennemi?

Pendant que Gardner épluche le carnet de McWhirr, Green dirige les opérations d’assemblage. Les instructions sont complexes et le démarrage douloureux, déchiffrer tout ce charabia technique ne sera pas une mince affaire. De plus, il faut garder tout cela secret et procéder avec précaution afin de ne pas effrayer prématurément Cowles et les siens.

120x165mm

6 septembre 1925

Deux jours de montage, démontage et sueurs froides plus tard, Cardiggan épaule efficacement Green pour donner le dernière coup de tournevis à la machine. Elle ressemble à une sorte de téléscope sur lequel on aurait greffé une plateforme et toute une machinerie à première vue inutile.

Mais quel est donc l’usage de tout cet enchevêtrement de lampes, tuyères, miroirs et autres lentilles?

Bien décidé à le découvrir, Max Cardiggan prend son courage à deux mains et sa curiosité de reporter l’emporte sur tout le reste. Il monte sur la petite marche faisant face à la lunette, se penche pour y loger son orbite et alors qu’une lampe commence doucement à clignoter, un engrenage s’emballe, un flash illumine la pièce aveuglant les convives pendant qu’une odeur d’ozone envahit la pièce.

Quelques minutes plus tard, alors que chacun accomode sa vue à la luminosité redevenue normale, Cardiggan gît, à même le sol, inconscient mais vivant.

Tags: , , , , , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply