Cthulhu – Oripeaux du Roi #15 – Le Roi en Jaune

C’est l’heure fatidique du final.

Un peu plus d’un an pour arriver au dénouement et j’avoue qu’après avoir passé plusieurs années sur les Masques de Nyarlathotep, j’étais bien content de clôturer une campagne aussi rapidement tout en étant de l’autre côté du paravent. Le fait de jouer via Skype, mis à part la conclusion de chacune des deux parties, nous a permis d’enchaîner à un rythme bien plus soutenu. C’était d’ailleurs une expérience de jeu très enrichissante, j’en retire qu’on perd évidemment le côté convivial de tous se retrouver en chair et en os mais je trouve qu’on y a gagné en immersion et en ambiance: on est plus concentré et dans l’histoire.

Pour revenir à l’histoire justement et comme je l’expliquais dans d’autres introductions, j’avais de très fortes suspicions sur mes petits camarades d’infortune. Sur les derniers scénarios, il était clair qu’Olivenstein avait subi quelque chose d’inavouable à Goatswood et qu’il était dorénavant fasciné par Shub-Niggurath, en arrivant même à bénéficier d’une force surhumaine démontrée à plusieurs occasions, comme par exemple lors de notre tentative infructueuse d’exorcisme du précédent chapitre.

Quant à Paul/Asenath, sa folie n’était plus à démontrer et mon cher juge avait eu plusieurs fois l’occasion de l’entendre chuchoter quelques sombres invocations (dans la cave de Bacon à Londres et pour lutter contre le byakhee à Milan).

J’ai donc contacté le MJ avant la séance pour lui indiquer ma volonté de me défaire de mes deux camarades d’un bon coup de fusil à canon scié le moment venu (le plus tard possible, ils pouvaient tout de même me servir à contrer le Mal) mais je ne voulais pas non plus gâcher le plaisir de jeu des potes sur cette dernière session. Il m’a répondu que j’aurais probablement une fenêtre de tir à un moment donné et qu’il n’y avait pas de souci… j’entamais ce final confiant sur ma capacité à les supprimer, beaucoup moins sur mes probabilités de survie.

Une fois n’est pas coutume, vous trouverez à la suite du CR quelques conclusions sur la campagne et j’espère en tout cas que vous aurez apprécié le recit de nos aventures! Bon voyage ultime en Himalaya :)

village

Le Roi en Jaune

Session de jeu #15 :
Date : Samedi 17 juin 2017
Lieu : près du Lac de Hali (Lourdes)

Investigateurs présents :
Allistair McAllister, jazzman et ancien juge
Dr. Marcus Olivenstein, psychiatre
Paul/Asenath Watkins, antiquaire/medium
Ian Gore, révérend
Andrew Chalmers/Malcolm Quarrie, historien et folkloriste

Janvier 1930, Pays Interdit, Himalaya…

Mes pensées sont floues, imprécises, comme perdues dans la brume épaisse du fog londonien, ou suis-je ? L’obscurité m’enveloppe et m’emprisonne, au loin une lumière, je me rapproche, je flotte au-dessus d’une caravane de yaks et de mules traversant des paysages de rizières et de petits villages épars… Ai-je déjà vécu cela ? Souvenirs ou réalité ? Qui suis-je ?

La caravane progresse en file indienne, lentement, les bêtes de trait lourdement chargées de caisses et de sacs divers. Des buffles sont couchés dans des flaques de boue pour se protéger de la chaleur, des paysans travaillent la terre, des chiens aboient. Les maux de tête incessants me vrillent le cerveau !

L’ascension inexorable se poursuit et j’observe comme dans un rêve les scènes qui passent devant mes yeux, sont-ce vraiment mes yeux ? Il me semble parfois me réveiller et parler au Dr Olivenstein, mais la désorientation est trop grande et la pression de l’Etranger trop forte pour résister. Qui est-Il ? A t-Il pris possession de moi ou moi de Lui ?

Kali Gandaki

Kali Gandaki

Aucune trace de l’expédition Anzalone jusqu’ici. Où sont-ils ? Sont-ils seulement passés par là ? Les paysages verdoyants et humides laissent peu à peu place aux roches et au froid. Hommes et bêtes sont fatigués. Je ne suis plus seule à souffrir des maux de tête. L’altitude ne pardonne pas aux faibles. Comme j’aimerais que cette souffrance simple, terre à terre, soit la seule que j’ai à endurer…

Nous grimpons encore et encore. Des pics aux hauteurs inimaginables nous enserrent de part et d’autre et menacent de se refermer comme un linceul. Dieu a créé ces barrières de roche pour une bonne raison ; l’Homme n’est pas censé les franchir mais c’est pourtant ce que nous, pauvres pécheurs, faisons. Nous arrivons un soir dans un village perché au bout du monde où nous trouvons un membre de l’expédition Anzalone qui dit s’appeler Chalmers. Il ment, je le sais, l’Etranger me l’a dit, mais personne ne m’écoute.

Plus haut, toujours plus haut, vers les neiges immaculées. Ce manteau de pureté recouvre des horreurs si noires que nul homme ne peut les imaginer. J’ai beau le leur hurler, ils ne m’entendent pas. Quand vais-je me réveiller ?

Monastère de Te

Monastère de Te

On nous tire dessus ! Mes mains attrapent un fusil et abattent cet homme qui a perdu la tête et a froidement – quelle ironie ! – assassiné les moines-gardiens du Monastère de Té. Le mandala sacré est détruit, les Ombres sont libres de passer désormais. Cet homme était Schippone et son journal atteste de sa folie. Plus bas, le corps du véritable Chalmers git déchiqueté dans la vallée. Et moi, suis-je vraiment folle ? Il me semble pourtant avoir l’esprit clair, faire demi-tour est notre seule option, notre seul espoir. Il ne faut pas aller plus haut. L’Etranger se gausse… Chalmers, ou peut-être devrait-je dire Malcom, a fui. Les Spectateurs semblent surpris, je les avais pourtant prévenus, pauvres imbéciles !

Passé le monastère, nous pénétrons dans la vallée interdite, puis dans Drakmar ou les Ombres prennent vie pour nous emmener dans leurs immondes cavernes rencontrer leur Dieu. Delnegro est mort lui aussi au pied de la falaise. Ils nous attendaient patiemment depuis des âges. Ils attendaient la venue du Prophète, de l’Etranger. Ils m’attendaient. Il m’attend. Non ce n’est pas moi !

Annapurna

Leng ! Nous y sommes et c’est ici que tout finira, d’une manière ou d’une autre. Nous parcourons des lieues sans fin sous un ciel immobile, Aldebaran nous nargue à l’horizon. Les Tchos-tchos ne nous laissent aucun répit et Anzalone, qui avait survécu jusque là dans leurs mains tortionnaires, s’effondre et ne se relève pas. Comme je l’envie ! Malcolm ressemble à un enfant impatient.

Après un temps incalculable, un bâtiment cyclopéen se dresse soudainement devant nous, cerclé de neufs piliers noirs colossaux tendus vers le ciel, dans l’expectative nous levons nos museaux pour sentir la haine dans l’air, c’est ce qu’Il me susurre à longueur de temps. Nous entrons dans Sa Demeure, la Maison Supérieure. Des couloirs sans fin ni logique désorientent nos sens mais la musique guide nos pas. Je l’entends claire et limpide en haut du grand escalier en colimaçon ! Dépêchons-nous, allons valser, le Roi s’impatiente !

le Roi en Jaune

le Roi en Jaune

Nous nous retrouvons à l’air libre. Le sol est aussi lisse qu’un miroir poli et les étoiles se reflètent par milliers, innombrables joyaux étincelants, nous flottons dans l’espace. Autour de nous, des danseurs costumés, masqués, tournoient sur la musique. Suis-je déjà allée dans le palais de Cassilda ?

Tout à coup, la musique s’arrête, les danseurs ne sont plus là, les étoiles sont plus brillantes que jamais, Aldebaran plonge sous l’horizon, les constellations redeviennent familières, les étoiles sont alignées, le Roi en Jaune est parmi nous, haute silhouette encapuchonnée aux oripeaux flottants sous un vent inexistant…

J’entends sa voix raisonner « Seras-tu mon guide ? ». Je crie de toutes mes forces « Non ! » mais c’est un « Oui ! » qui sort de ma gorge. Damnation ! Docteur aidez-moi ! Empêchez–moi d’avancer pour l’amour de Dieu, empêchez-Le d’avancer ! Un pas en avant, puis un autre, et je me retrouve à Ses pieds tout comme Malcolm et le Révérend Gore. Trois Guides pour un Roi, trois Prophètes, il est trop tard, c’est la fin, tout est perdu. McAllister et Olivenstein ne peuvent plus rien faire, leurs tentatives sont vaines et le Roi les foudroie sans pitié. Mon fils, qu’as-tu fait ? Qu’as-tu fait ? Qu’ai-je fait ? Seigneur pardonnez-moi… je veux me réveiller…

Epilogue

Au printemps 1930, une succession de groupes occultes marginaux d’Autriche, d’Angleterre, de France, d’Italie, de Roumanie et des Etat-Unis sont impliqués dans des suicides collectifs qui touchent des dizaines, voire des centaines de personnes. Des lettres laissées par les défunts mettent en garde contre une apocalypse imminente, contre un Roi ou un Étranger qui se trouve parmi eux. Ces événements et suicides d’autant d’individus se produisent particulièrement dans les cercles artistiques.

Des révolutions ont lieu en Argentine et au Brésil. Certains journalistes prétendent qu’elles ont été fomentées par le même individu : el hijo amarillo (le fils jaune) ou el homen amarelo (l’homme jaune).

Dans le monde de l’art, l’impressionnisme est adopté avec un enthousiasme quasi universel par les critiques. Les oeuvres deviennent religieuses mais non catholiques et montrent un thème récurrent d’une silhouette discrète mais effrayante venue mettre un terme à la quête inutile du plaisir par l’homme. La plupart des galeries remisent les vieux maîtres pour exposer les toiles de ces nouveaux artistes qui dominent la scène artistique.

Les domaines de la littérature et du théâtre se répondent quant au thèmes abordés et sont applaudis par la critique. En France, en Angleterre et aux Etat-Unis, les films jouent sur le concept omniprésent d’effort inutile et d’ennui.

A plus petite échelle, des individus paient des encarts dans des journaux et des magazines pour publier leur folie. Les graffitis se multiplient dans les endroits publics. La violence et le désespoir priment. Il est rare qu’une journée se passe sans soulèvement. Ces occurrences ont lieu à longueur d’année.

Le monde est tombé sous l’égide du Roi en Jaune…

Conclusion

Yellow-King-rpg

Pour entamer cette conclusion, je voudrais commencer par un gros merci à Fred (Flanagan/Harland sur les Masques) qui a su insuffler une ambiance extrêmement réussie à cette campagne qui est pourtant assez décriée. Je me suis régalé de bout en bout et c’est toujours particulièrement plaisant de pouvoir jouer à un jeu auquel on maîtrise soi même. Merci également à Nico (Olivenstein), Marc (Damian, Tuck et Gore) et Jean-Louis (Asenath/Paul) pour ce voyage à Carcosa, Leng et ailleurs en votre compagnie, ainsi qu’à Rémi qui est toujours un guest de qualité sur les fins de campagne. Vivement la prochaine!

Comme vous avez pu le constater, nous avons échoué à sauver le monde alors que nous avions bien contré la menace en Angleterre et que nous étions bien conscients des enjeux. Le CR est une chose mais la mise en scène et les choix méritent une explication.

La photo du Roi en Jaune que vous pouvez voir un peu plus haut a été prise lors de la partie, ce n’est pas une photo de cosplay/GN récupérée sur le net. Alors que la pression était bien montée avec l’arrivée sur le plateau de Leng puis l’exploration de cette dimension étrange et folle, le Roi allait apparaître. C’est le moment qu’a choisi notre cher MJ pour nous envoyer pourrir un gros quart d’heure dans une pièce de la maison, sans lumière, une grosse montée de stress! Pendant ce temps, il installait avec son complice (le joueur qui a exceptionnellement incarné Quarrie) cette représentation de presque 3 mètres du Roi (dans laquelle s’était glissé le complice) commandée sur mesure pour l’occasion et mise en scène dans la nuit pyrénéenne, cernée par les montagnes surplombant un lac glaciaire.

Tour à tour, il nous a mené devant le Roi, les yeux bandés, puis nous a posé la question fatidique: seras-tu mon guide? Je vous laisse imaginer l’impression vertigineuse, une fois le bandeau enlevé, lorsqu’on lève les yeux peu à peu vers ce somptueux costume de loques. Chacun a ainsi pu donner sa réponse secrètement et choisir une seule action qu’il pourrait réaliser une fois les réponses données.

Une fois tous les joueurs passés, nous nous sommes retrouvés pour énoncer en même temps notre choix. Sans surprise, Quarrie a proposé d’être le guide. Nous aurions dû l’éliminer avant mais nous l’avons gardé en vie, pensant qu’il nous mènerait au Roi et nous aiderait contre son gré à contrecarrer ses plans. Pris dans un dilemme intérieur, c’est Paul qui a pris le pas sur Asenath, Paul, la personnalité folle et fanatisée… il-elle s’est aussi proposé comme guide. Gore, dernière addition au groupe, a préféré sauver sa peau que sauver le monde, un troisième guide…

Voyant cela, j’ai un peu perdu les pédales, j’ai oublié mon vieux canon scié et après un « non » énoncé clairement, je me suis rué sur Quarrie au lieu de tirer dans le tas. Le Roi a égorgé le vieux juge en un éclair.

Olivenstein a lui aussi proposé de guider le Roi mais c’était une ruse et proclamant le nom de Shub-Niggurath, il s’est jeté sur l’entité, joignant son cadavre à celui de mon pauvre personnage. D’autant plus dommage que le joueur s’était souvenu d’une vieille aide de jeu indiquant qu’on pouvait détourner l’attention du Roi vers Carcosa… mais il a préféré une série de « ia » puissants et sonores terminés dans un borborygme sanglant.

Toujours est-il que nous nous sommes éclatés tout au long de la campagne. La deuxième partie au format simili-FATE aura laissé la part belle au roleplay en laissant de côté la SAN: nous savions que nous étions tous fous ou presque et nous l’avons joué ainsi.

Comme dit en introduction, j’ai trouvé à titre personnel que la campagne apportait quelque chose de très intéressant: une ambiance de folie que l’on retrouve au final trop rarement, ce qui est assez paradoxal pour un jeu d’horreur cosmique. En effet, on est loin du pulp des Masques mais j’ai apprécié d’être plus sur la tension de l’aliénation plutôt que sur la menace sourde de se faire défoncer par un tentacule sorti des ténèbres. A ceux qui hésitent à jouer les Oripeaux: c’est certes un peu linéaire mais c’est une bonne campagne moyennant les quelques aménagements effectués par notre MJ, surtout sur la fin.

Enfin merci à ceux qui ont lu ces CR, ils sont avant tout rédigés pour garder une trace de nos parties mais si ça peut divertir voire même inspirer certains d’entre vous, tant mieux!

A bientôt pour de nouvelles aventures, tentaculaires ou pas! (il paraît que le MJ veut nous faire jouer une mini suite sur Terre après notre échec, voir la petite photo du début de conclusion) ;)

La lutte finale (qui n'a pas sauvé le genre humain)

La lutte finale (qui n’a pas sauvé le genre humain)

Tags: , , , , , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply